Parcours tout tracé

Pierre Gillion est le nouveau directeur du circuit de Mettet. Portait d’un véritable passionné.

Barbe soigneusement taillée. L’allure athlétique. A 36 ans Pierre Gillion s’apprête à prendre la tête du circuit de Mettet. Une étape presque logique même si l’origine de sa passion pour les sports mécaniques lui échappe encore. « Franchement je ne sais pas d’où ça vient », avoue le namurois. « Ni mon père ni ma mère ne sont fans de véhicules motorisés, et surtout pas de motos avec un père assureur…, mais ma mère avait acheté un Dax, chez le père de Freddy Tacheny à Mettet, elle l’a toujours gardé, et quand j’ai eu onze ans je l’ai remis en route pour rouler dans le jardin. »

Le virus était là et une fois le permis en poche, la petite machine japonaise devient le moyen de transport de Pierre Gillion qui commence à rouler en trial, en enduro et qui s’offre aussi un Quad. Fort d’un baccalauréat en marketing et d’un diplôme en Automotive Management, Gillion entre de plein pied dans le monde du deux-roues. « J’ai eu la chance de trouver un boulot chez D’Ieteren Sport – Yamaha Belgique », poursuit le nouveau directeur. « J’étais délégué commercial pour la Wallonie, Bruxelles et le Luxembourg, où j’avais comme clients tous les concessionnaires pour les motos, les quads, les scooters et les voiturettes de golf ainsi que les pièces et accessoires. » Un boulot qui l’occupe pendant onze années avant de s’impliquer dans la gestion du Team Junior Black Knights, l’équipe nationale junior de la Belgian Motorcycle Academy, qui participe à la Northern Talent Cup, passerelle entre les compétitions nationales de vitesse et l’échelon international vers le MotoGP.

Avec Baltus sur tous les circuits du monde

Les résultats sont bons. En 2020 Freddy Tacheny, CEO de Zelos Home of Sports, fondateur de l’académie et aussi du circuit de Mettet, propose alors à Pierre Gillion de rejoindre la société de management à temps plein. L’homme hésite, jusqu’à ce que D’Ieteren arrête l’importation de Yamaha quelques mois plus tard. « A partir de là j’ai franchi le pas, j’ai intégré Zelos où je suis devenu Motorcycle Manager. En clair je m’occupais de tout ce qui touche à la moto chez Zelos : de l’académie, des pilotes tels que Xavier Siméon, Barry Baltus et maintenant Lorenz Luciano qui roulera en Red Bull Rookies Cup et en FIM JuniorGP en 2022, mais aussi de la recherche de sponsors et du cercle d’affaire qui encadre les pilotes Black Knights. »

Les pilotes Zelos faisant partie des attributions du Namurois, Pierre Gillion se retrouve à arpenter tous les circuits du Championnat du monde Moto2 pour accompagner Barry Baltus. Un boulot prenant, passionnant et extrêmement varié. « Il y a la gestion de l’équipe autour de Barry, son préparateur physique, son préparateur mental, mais aussi les contacts avec le team et les sponsors. Vu que Barry n’a que 17 ans il y a beaucoup de choses à gérer pour lui. Cela va de la confirmation des billets d’avion à l’impression de l’autocollant d’un nouveau sponsor qu’il faut donner au team. »

Le circuit n’a pas fini de « tourner »

Avec le renforcement de la structure décidée par le Conseil d’Administration ( Philippe Dujardin désormais responsable des infrastructures), les regards se sont naturellement tournés vers le manager moto, franchement enthousiaste. « J’arrive dans un environnement très sain. Philippe Dujardin a mis en place une structure efficace et Mettet est un circuit qui tourne très bien. Le calendrier 2022 est déjà bien rempli à ce jour, » confie le nouveau directeur, très attentif à la dimension centre de formation du circuit Jules Tacheny. « Bien entendu il y a les courses de Funcup, de 2CV, de Rallycross, de Supermoto et notre épreuve phare, le Superbiker, avec, cerise sur le gâteau, le Supermoto des Nations en 2022. Mais ce ne sont pas nos activités principales », précise Pierre Gillion. « Notre force ce sont les quatre configurations du circuit et tous les types de formations possibles. Que ce soit pour les pilotes de l’académie ou des amateurs, plus ou moins éclairés. Nous faisons beaucoup de trackdays, sur deux et quatre roues, avec chaque fois une dimension apprentissage adaptée aux niveaux des pilotes. Et cela va des simples amateurs aux motards de la police fédérale. »

Si le circuit « tourne », ce n’est pas pour autant qu’il n’y a rien à faire. Entre la gestion des plannings, des événements, des services de secours, des commissaires, du service de nettoyage, les entraînements des uns et des autres et l’adaptation/l’entretien de la piste, les sept personnes qui travaillent à temps plein sur le tracé namurois sont bien occupées. Et Pierre Gillion apporte avec lui quelques idées de développement. Un second circuit verra le jour en 2022. Cette piste sera polyvalente et pourra donc être utilisée pour différentes activités. Un superbe outil que nous mettrons notamment à disposition de nos jeunes académiciens de la Belgian Motorcycle Academy et de nos pilotes Zelos/Classic21 pour continuer de les faire progresser vers le toit du monde de la moto.
D’autres idées trottent dans le tête du jeune namurois mais il nous en dira davantage plus tard.

Il n’a pas fini de « prendre des tours », le circuit de Mettet.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.