Jules Tacheny

L'Epopée Moto, les années Jules Tacheny



Pour commander le livre au prix de 39 € (+ 7€ de frais de port), cliquez ici.

Jules Tacheny, recordman du monde.

Site Internet consacré à Jules Tacheny : http://www.jules-tacheny.be

Comment parler du circuit de Mettet sans évoquer tout d’abord la vie de son maître d’oeuvre, le champion motocycliste Jules Tacheny. C’est en effet à lui que nous devons une bonne partie de toute l’infrastructure du circuit actuel. Jules Tacheny était né en 1907 et fût dès son plus jeune âge attiré par les sports mécaniques. En 1924, il entrait comme apprenti-mécano dans un garage et n’avait qu’une idée en tête : la compétition. En 1925, déjà patron de son garage, il entrait tout naturellement comme commissaire sportif dans un nouveau club naissant : l’Union Motor Sambre et Meuse.

Sa première moto fût une F.N 350 cc et lors de sa première course à Sorinnes il remporta la victoire à l’insu de ses parents… Quelques années après ses débuts prometteurs, il récoltait vitoire sur victoire, ce qui lui valut d’être remarqué par l’usine F.N qui l’incorpora dans son écurie officielle aux côtés de Milhoux, Demeuter, et Noir. C’est le 26 octobre 1931 qu’il atteindra la grande consécration en battant pas moins de 41 records du monde sur la piste de l’autodrome de Montlhéry. La F.N devint mondialement connue et prenait le pas sur les machines anglaises. En 1934 et 1935, Jules Tacheny était sacré champion de Belgique à Francorchamps. Malgré plusieurs GP à l’étranger, son plus bel exploit à ses yeux, aura été de gagner chez lui, sur ses terres, sur son circuit en 1946.

Cette année là, sous une pluis battante et en ayant signé le tour le plus rapide, il gagnait à quasi 40 ans son Grand Trophy en Senior devant le gratin des internationaux du moment. Son rêve devenu presque obsession était enfin réalisé. En 1952, il mettait un terme à sa carrière de pilote mais continuait néanmoins à mener à bien plusieurs fonctions liées à la moto et ce, jusqu’à son décès accidentel sur le tracé du circuit de Floreffe qui l’avait vu jadis gagner…